blason Carole Dekeijser Artiste-Peintre et Philosophe

Sitemap
Carole Dekeijser - Expositions - Acheter un tableau contemporain - Presse- Contact

 

Vous êtes ici : : Artiste Peintre » Peinture abstraite » Ecriture automatique

Ecritures automatiques

Ne serait-il pas plus judicieux de se demander si on a bien honoré les contingences de l’art ? A savoir : l’honnêteté de sa démarche, la conviction du choix du sujet et de la technique ; que celle-ci emprunte la voie instinctive du lâcher prise, de l’art pour l’art, de l’écriture automatique ou de la réflexion consciemment soutenue avec laquelle elle entre en symbiose et en synergie ?

Liste de tableaux abstraits de type "écriture automatique"


 

De l’utilité de « l’écriture automatique »

Pourquoi une écriture automatique ?

Parce que certains sujets ne peuvent souffrir une quelconque intervention du conscient, voire même de la culture, sans risquer d’affaiblir l’exactitude du résultat final.
Lorsque le conscient se sent démuni face à un sujet ou à une question, il est parfois préférable de donner la parole au subconscient. Celui-ci sera plus juste et exprimera des réponses que notre conscient n’aurait pu concevoir face à la déstabilisation que provoquent certains sujets ou questions qui nous touchent trop et induisent la confusion. Elles seront surtout plus en accord avec le « nous-même » que nous ignorons.

L’écriture automatique sert surtout, me semble-t-il, à donner une réponse que l’artiste possède, mais ne trouve pas. Souvent elle l’éclaire, si pas dans l’immédiatement, du moins des mois, voire des années plus tard.

Nous ne sommes pas toujours à même de nous décoder dans le vif de l’action.

Ce type d’expression, s’il ne repose sur aucun procédé d’élaboration conventionnelle est bien souvent le fruit d’une très longue incubation. Il se base sur des années de réflexions, parfois sans réponses, qui justifient son utilisation, ainsi que l’extraordinaire intensité qu'elle exige, tant au niveau de l’investissement psychique que physique. Personnellement - il en va probablement différemment pour d’autres - je tente généralement de répondre à mes questions par le biais du conscient, tant l’utilisation du subconscient me laisse à bout de forces pour longtemps.
Je ne pourrais me livrer à cet exercice de manière journalière.

A quoi bon vouloir parler de soi, de toute manière le subconscient s’en charge à notre insu.

Si je m’impose bien souvent un thème, c’est en vue de permettre à mon inconscient de s’exprimer beaucoup plus librement qu’il ne le ferait sous la contrainte d’une mise à nu volontaire. Le but final est d’atteindre consciemment la clairvoyance du subconscient. Nettoyer mes faits et gestes, d’une part de l’acquis socioculturel, ainsi que de l’autocritique qui en découle - et bien souvent m’aveugle sur leurs fondements - me permet de retrouver les profondes justifications de ceux-ci, et de donner à mon conscient sa pleine fonction. Cela revient à dire que, tout respect de l’autre inclus, chacun suit son propre chemin, et non celui dicté par des principes, qu’au demeurant je ne critique pas.

 

Carole Dekeijser