blason Carole Dekeijser Artiste-Peintre et Philosophe

Sitemap
Carole Dekeijser - Expositions - Acheter un tableau contemporain - Presse- Contact

 

Vous êtes ici : : Carole Dekeijser » Interview » S'habiller pour peindre

S'habiller pour peindre

Q : Vos toilettes ne passent jamais inaperçues…

R : Manquerait plus que je passe inaperçue ! C’est une question de respect de mon travail, de mon entourage et de l’obligation d’assumer ma différence en tant qu’artiste. C’est aussi un exemple pour ceux qui oublient le respect qui se doivent à eux-mêmes. Je ne suis extravagante que parce que les autres s’effacent. Il y a des régions et des sociétés humaines où je passerais totalement inaperçue… Je me fais remarquer que dans notre société qui est noyée dans le culte de l’effacement de soi, dans le refus d’afficher et de se mettre en évidence. L’oubli du Moi.
Avant de peindre je m’habille comme si je me rendais à une soirée de gala. Pour moi, peindre est une cérémonie. Voyez les moines Shintoïstes lors de leurs cérémonies, ils ont une sacré gueule !

Eh bien moi, c’est pareil, lorsque je « rentre en peinture » je me pare de mes plus beaux atours.

Avant de peindre, je brosse, je lave, j’astique et lorsque l’autel est impeccable, j’officie dans ma tenue de lumière. Comme je suis un peintre qui ne fait aucune tache en dehors de la toile, je peux me le permettre.

Pour ce qui est de la vie courante, je refuse l’uniforme. Vu que tout le monde porte le jeans, il en devient un uniforme quasi snobé. Il est paradoxal de vouloir se faire reconnaître tout en se noyant dans la population.

Je suis allergique au fait d’être comme tout le monde. Je n’ai pas besoin de cette reconnaissance, c’est pourquoi je me différencie des autres. J’ai besoin de compréhension et non de reconnaissance. Mes tenues vestimentaires sont l’expression de MA liberté d’être ce que je suis et de le montrer. Vu que mon époux est le même, on fait la paire !

De toute manière : chacun ses goûts !

Page suivante : Suite...