blason Carole Dekeijser Artiste-Peintre et Philosophe

Sitemap
Carole Dekeijser - Expositions - Acheter un tableau contemporain - Presse- Contact

 

Vous êtes ici : : Activités » Ateliers mosans de Celles » Les élèves exposent leurs oeuvres

Les élèves exposent leurs oeuvres

Durant le parcours d'artistes du village de Celles, les élèves des Ateliers Mosans de Celles exposent leurs œuvres pour leur propre compte. Ils présentent des créations et des techniques personnelles réalisées tant aux cours qu’individuellement.
L’organisateur de l’exposition leur a donné la possibilité d’utiliser l’infrastructure mise en place en faveur des artistes (colline de l’Ermitage et atelier de l'artiste-peintre Martine Guisset situé rue Bel-Air), ceci dans les mêmes conditions d’éclairage et de présentation.

Brigitte Bargon :


Quelles œuvres choisir pour définir cette artiste ?
N’ayant abordé l’art que depuis trois années seulement, elle semble vouloir rattraper le temps perdu par une production surprenante. Grâce à un romantisme très échevelé, elle nous entraîne dans un Walhalla où tout serait mis en œuvre pour le repos des justes.

 Winnie de Menthem de Horne, épouse Marcel Fouassin :


A l’exemple du Génie bienfaisant bloqué dans sa lampe, elle offre en cadeau, dès qu’on lui en donne l’occasion, un foisonnement  de sentiments, d’imaginations, d’énergies diverses et de créativités, tant dans sa vie qu’aux travers de ses photos.
Sous des apparences de guerrière, elle cache une timidité et une réserve qui se révèle en peinture. Elle touche alors les âmes par une modestie touchante.

Anne Marie Lemaire :


Sans complexes, complexe sans être compliquée,  maîtrisant l’in-maitrisable, c'est-à-dire l’eau de ses aquarelles, sans arrogances mais avec un caractère d’acier, concrétisant tout ce que la nature offre pour le dispenser à travers ses alambiques avec la plus grande clarté.  Elle  est en symbiose avec la terre et ce qu’elle produit, son imagination et sa réflexion  sont au service de l’essentiel et du plaisir.
Eternelle complice d’un truculent époux haut en couleur, elle traduit sa philosophie et leur profond bonheur dans sa peinture.  
Carole Dekeijser, son professeur.


Ginette Borlée : 

Là ou les autres affichent sur la porte d’entrée de leur jardin « attention chien méchant », Ginette Borlée affiche, elle, à la porte du sien, comme au regard de ses peintures : « refuge naturel », pour les âmes sereines ou en perdition. Si sa technique n’est pas encore à son apogée, elle est le reflet d’une âme généreuse et impétueuse où le bonheur efface toute obligation d’atteindre une performance.

Carole Dekeijser, son professeur.

Raymonde Maillien  :

Une artiste à la poursuite du « lâcher-prise », dans une urgente nécessité de prendre le temps de se débarrasser du « Vouloir-bien-faire ».
Une femme fidèle en amitié, toute en finesse, pleine d’humour et de générosité, crée une œuvre dans laquelle sommeille parfois un surréalisme mélangé à des analyses toutes personnelles de la Vie.

Carole Dekeijser, son professeur.

 

Myriam  Mignot:

La création sur son propre support.
Rebelle mais rigoureuse, exigeante envers elle-même surtout , à en juger par la finesse du détail.
Lumineuse comme son œuvre qui, sur ce support fragile, accepte d’avoir une face cachée à l’opposé de sa lumière.

Carole Dekeijser, son professeur.

 

Delphine Poncin :

Etudiante en arts graphiques dès la rentrée 2007, cette jeune fille à l’imagination débordante s’est consacrée, jusqu’à aujourd’hui, principalement à l’art abstrait. Sa vision de la vie lui permet de tout interpréter avec une originalité rare, une audace sans limite et un humour certain, le tout avec une intelligence remarquable. Nous lui souhaitons de brillantes études ainsi qu’une carrière passionnante. Tous, nous lui faisons confiance.
Cette jeune fille a « une sacrée trempe » !

Brigitte Mathelart :

Elle navigue dans l’abstrait comme la salamandre dans l’univers des légendes.
Comme cet animal mythique, elle renaît à chacune de ses créations. Chaque résurrection fait apparaître une artiste plus forte, plus enthousiaste et plus créative. Bien que ne peignant que depuis quatre années, elle remporte déjà un vif succès lors de ses expositions.

 

Marie Lefrancq :

Elle se donne sans compter dans la recherche qui pourrait l’amener à exprimer, sans complaisance à son propre égard, la quintessence d’un Moi qu’elle tente de délivrer d’une culture et d’une éducation « réfrénante ». Son combat dans ce sens est quotidien, il est d’autres combats que le feu des mitrailles, on ne se blesse pas qu’aux champs de batailles. (Barbara).  Le résultat est  positif, comme sa personnalité qui tend toujours avec force vers la lumière. Ses peintures sont des univers d’une richesse issue de ses introspections.